QUI SOMMES-NOUS ?

UN PEU D'HISTOIRE

La municipalité de Chénéville qui recouvre une superficie de plus de 65 kilomètres carrés dans la région administrative de l’Outaouais (municipalité régionale de Papineau), regroupe une population de 800 Chénévilloises et Chénévillois. Chénéville est située à environ 155 kilomètres de Montréal, 400 km de Québec et 100 km d'Ottawa, la Capitale Nationale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 25 août 1902 une requête est acheminée au Conseil municipal du Comté représentant plus des deux tiers des habitants du village. Ils demandent simplement au Lientenant-Gouverneur que le territoire désigné soit érigé en une municipalité sous le nom de Village de Chénéville. Cette requête aura pour conséquence le démembrement de la municipalité de Cantons-Unis d'Hartwell et Preston. Le maire Henri Lefebvre sera le premier signataire, suivi d'Hercule Chéné. 

 

Le surintendant note dans son rapport avoir compté soixante-douze maisons, six rues ouvertes et fréquentées et six autres projetées. Il recommande l'érection en municipalité du village de Chénéville tel que désigné au livre des Postes et appelé par la population environnante depuis nombre d'années. 

 

Le nom de Chénéville apparaît pour la première fois en 1884 pour désigner le bureau de poste du village d'Hartwell. Avec le temps, on dira le village de Chénéville. Nous le devons à son fondateur Hercule Chéné. 

 

L'acte de constitution érigeant la municipalité est signé le 22 janvier 1903. Hercule Chéné est élu conseiller. Il a soixante-huit ans. En tout six conseillers sont élus. Le septième arrivera plus tard. La première assemblée municipale a lieu le 2 mars 1903. À l'époque, ce sont les conseillers entre eux qui élisent le maire. Hygin Locas est nommé président d'assemblée par deux conseillers. Ces mêmes conseillers le proposent comme maire. Deux autres conseillers proposent Hercule Chéné. Lors du vote sur la nomination d'Hercule Chéné, il y a égalité des voix. Hygin Locas ayant voté contre, exerce son vote prépondérant et défait l'amendement. Il fera de même sur la proposition principale, son vote prépondérant le fait devenir maire. Hercule Chéné avale amèrement sa défaite. Après la session du 4 janvier 1904 il ne revient plus à l'hôtel de ville. Hercule Chéné meurt le 29 mars 1904 à l'âge de 69 ans. 

 

Hygin Locas, le premier maire, a été marchand et maître chantre de la paroisse pendant trente ans. Henri Lefebvre a construit l'aqueduc du village, la ligne télégraphique et téléphonique dans le canton et a été l'ingénieur civil en chef de The Little Nation River Railway Co. dont le siège social était à Chénéville. Wilfrid Parisien tenait le Magasin Général du Bon Marché où se trouvaient le comptoir de la compagnie Téléphone Petite-Nation no 1 et le bureau de poste. Antoine Leduc était forgeron, Joseph Closson, tailleur de pierre, Eugène Sabourin, cordonnier, Napoléon Laplante, cultivateur… Chénéville était, après les villages d'en bas, le point de mire du nord de la Petite-Nation. 

 

Les maires décédés reposent au cimetière de la paroisse Saint-Félix-de-Valois sauf Henri Lefebvre inhumé dans la paroisse Saint-Georges à Montréal et Wilfrid Parisien au cimetière Notre-Dame à Ottawa. 

 

La municipalité a aménagé une galerie de photos des maires à l'hôtel de ville et La galerie des Soeurs au Centre St-Félix-de-Valois dans l'intention de contribuer à son patrimoine et à la connaissance de son histoire. 

Aussi, un circuit patrimonial, La Route D'Hercule Chéné, passant notamment par l'Église St-Félix-De-Valois, permet aux visiteurs de découvrir un peu de l'histoire des bâtiments de la Municipalité.

 

L'historique de la Municipalité et de la Paroisse a gracieusement été fourni par Monsieur Jean-Guy Paquin, auteur, entre autres, des livres «Le pays de Canard Blanc» ( Écrits des Hautes-Terres, Montpellier, 2004. Édition revue et corrigée, Jean-Guy Paquin éditeur, Lac-Simon, 2011) et «Au pays des Weskarinis» (Jean-Guy Paquin éditeur, Lac-Simon, 2014).

 

Le nom de la municipalité rappelle Pierre Hercule Chéné, né à Saint-Benoît de Mirabel le 5 novembre 1834. On le retrouve à Saint-André-Avellin où il se marie en 1860. Il ouvre le premier bureau de poste dans Hartwell en 1864 et accepte la charge de maire de Cantons-Unis de Ripon et Hartwell en 1866 et 1867, année de la Confédération.

PHOTOS PATRIMONIALES
1/1

63, rue de l'Hôtel-de-Ville

Chénéville (Québec)  J0V 1E0

 

 

Municipalité de Chénéville                  

  • Facebook